Horizon Livre - Librairie Balade, Randos et Pyrénées
Accueil Votre style de rando... Rando Vélo

Col des Hautes Pyrénées

Nous proposons à nos amis cyclistes une liste exhaustive des cols  des Hautes Pyrénées :

Nom Lieu Sommet Région
Cirque de Troumouse Luz Saint Sauveur 2103 m Vallée de Lourdes
Col d'Aspin Bagneres de Bigorre 1489 m Vallée de Campan
Col d'Aspin Arreau 1489 m Vallée des Nestes
Col d'Aubisque Argeles Gazost 1709 m Vallée d'Arrens Marsous
Col d'Azet Genos 1580 m Vallée du Louron
Col de Beyrède Sarrancolin 1417 m Vallée des Neste
Col de Couraduque Argeles Gazost 1367 m Vallée d'Argeles
Col de Peyresourde Arreau 1569 m Vallée des Neste
Col de Spandelles Argeles Gazost 1378 m Vallée d'Argeles
Col de Tentes Luz Saint Sauveur 2208 m Vallée des Gaves
Col de Tramassel Argeles Gazost 1616 m Vallée d'Argeles
Col des Bordères Argeles Gazost 1156 m Vallée d'Argeles
Col des Palomières Bagnères de Bigorre 810 m Vallée des Baronnies
Col du Soulor Argeles Gazost 1474 m Vallée d'Argeles
Col du Tourmalet Luz Saint Sauveur 2115 m Vallée des Gaves
Col du Tourmalet Sainte Marie de Campan 2115 m Vallées de la Haute Bigorre
Hourquette d'Ancizan Campan 1564 m Vallées de la Haute Bigorre
Le Pla d'Adet Vignec 1680 m
Port de Balès Mauleon Barousse 1755 m Vallée de la Barousse
Port de Bielsa Saint Lary Soulan 1821 m Vallée des Nestes
Port de Boucharo Luz Saint Sauveur 2270 m Vallée des Nestes
Montée sur Hautacam Argeles Gazost 932 m Vallée des Gaves
Montée de Luz Ardiden Luz Saint Sauveur 1720 m
Montée station du Nistos 1590 m
Montée de Peyragudes Arreau 1592 m
Montée de Piau Engaly Saint Lary Soulan 1850 m
 

Cyclosportive Barousse Balès

La cyclosportive " Barousse Balès "  a rassemblé, pour sa 10e édition, 731 engagés sur les trois circuits, c'est la plus grosse affluence depuis sa création. L’affluence avoisine les 1 500 personnes  durant ce week-end du 12 août. Montréjeau Cyclo Club et de la Communauté de communes de Barousse déploie près de 120 bénévoles pour assurer l'accueil et la sécurité. La renommée de cette épreuve devient européenne puisque les participants viennent de France, d'Espagne, d'Angleterre et même d'Allemagne. Les concurrents sont partis à l'assaut des trois grands cols inscrits au programme : Azet, Peyresourde et le Port de Balès.
Le parcours de 138 km, a vu la victoire de Jean-Marc Goudinen compagnie de Mathieu Dumont, natif de Mauléon-Barousse, pour la fin du podium c'est Damien Garcia de Langon.
Chez les féminines, la victoire du 138 km revient à l'Espagnole Virginia Lotina.

Auguste Couthino de Luchon remporte le parcours de 117 km, pour la deuxième année consécutive,  en devançant l'espagnol Lucas Casas.
Séverine Zanghiery de Saint-Girons s’impose dans la catégorie féminine pour le parcours 117 km.

Au-delà de la compétition et des deux parcours sportifs, l’organisation proposait  une randonnée cyclotouriste de 80 km. Cette dernière a conquis une centaine d'amoureux de la petite reine sur les routes de la Neste et de la Barousse. Aucun classement, seulement le plaisir de rouler en groupe et franchir la ligne d'arrivée en compagnie de cyclosportifs.

Pour connaître tous les résultats et parcourir les photos, vous pouvez vous rendre sur le site suivant : www.barousse-bales.fr
 

Vélo Route du 64


Nous pourrons bientôt traverser le département des Pyrénées Atlantiques à vélo.Le chantier a débuté depuis plusieurs années, le projet de Voie Verte reliant Lestelle-Bétharam, à l'est, et Bayonne, à l'ouest des Pyrénées-Atlantiques a démarré concrètement avec la construction des premiers kilomètres.

La vocation de cette Voie Verte est de permettre aux cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite, piétons, voire cavaliers de pouvoir l'utiliser.

Au total, 160 kilomètres seront ouverts à tous, le long du gave de Pau. « La voie existe déjà mais avec des chemins en cailloux », enchaîne l'élu. Sur la totalité du parcours, « seuls 86 kilomètres constitueront la voie verte, détaille Laurence Pauly. Ils rejoindront des vélo-routes déjà construites dans les agglomérations. »

Un premier tronçon a été réalisé, de 13 kilomètres de longueur entre Laroin, commune dont Bernard Soudar est maire, et Tarsacq. Un premier test qui amène déjà les responsables à l'optimisme.

« Les travaux n'étaient même pas terminés que les usagers se promenaient déjà », raconte Laurence Pauly. Celle qui travaille sur le projet depuis cinq ans l'assure, « de nombreuses associations d'usagers ont poussé pour la réal isation de cet itinéraire parallèle à la route, trop dangereuse pour les cyclistes et promeneurs. »

Au-delà du projet, le maire de Laroin se réjouit « de la portée sociale que va apporter ce nouveau loisir. Des familles pourront passer un après-midi au calme, disposer des tables de pique-nique, profiter de la nature et des oiseaux. »

Le revêtement des chemins existant permettra aussi aux personnes à mobilité réduite de se balader. « Une offre de loisir gratuite et pour tous, vante l'élu. Les gens ont de moins en moins de moyens. Nous leur offrons une journée le long de notre magnifique gave. »

Politique de loisir donc, mais l'aspect écologie demeure fondamental pour le vice-président en charge de la politique environnementale : « Nous utilisons un revêtement apporté de Provence, sans hydrocarbures. » « Et nous exploitons des matériaux présents sur place ou issus du retraitement », renchérit Laurence Pauly. « Le premier tronçon indiquera si le revêtement tient ou pas, tempère M. Soudar. C'est une solution plus coûteuse, mais plus écologique. »

Le prix justement, voilà ce qui a pu ralentir la concrétisation du projet. « Le principal problème est d'acquérir les terrains fonciers, déplore l'élu. Les propriétaires attendent toujours des offres supérieures à celles faîtes par le conseil général. »

Les deux responsables l'assurent, ce souci est dépassé, « d'autant que nous avons obtenu la déclaration d'utilité publique, qui nous permet l'expropriation des terrains le cas échéant », souligne Mme Pauly.

Le coût des treize premiers kilomètres s'élève à 611 000 €, soit un montant total d'environ 4 millions d'euros.
Mais la « Madame Vélo » du conseil général n'en démord pas : « Cela peut paraître cher, mais un rond-point coûte 500 000 €, alors il faut relativiser. »

Le financement est assuré à 65 % par les finances publiques : 20 % par les neuf intercommunalités qui partagent le parcours, 20 % environ pour le conseil général, le reste étant divisé entre conseil régional et aides européennes. « L'appui des maires et des élus locaux a été déterminant, analyse Bernard Soudar. Sans eux, rien n'aurait été possible » selon lui, qui voit là « un projet modèle au niveau politique ».

En septembre, l'appel d'offre sera lancé pour la partie reliant Salies à Navarrenx, puis ce sera Assat-Lestelle en 2013, pendant que les agglomérations de Pau et Bayonne gèrent leurs vélo-routes. « Nous espérons être au pied des Hautes-Pyrénées en 2015-2016 », se satisfont les responsables. Cette voie rejoindra l'axe Roscoff-Hendaye qui longe l'océan. Avant, peut-être de voir plus loin : « Le but, c'est Perpignan, anticipe le conseiller général. Pour relier la Méditerranée à l'Atlantique. »

source article de Pierre Menjot dans le journal Sud Ouest  du 12/07/2012
 

Cols des Pyrénées Centrale


Haut lieu du cyclisme, les Pyrénées accueillent tous les ans certaines des étapes les plus palpitantes du tour de france. Les cols des Pyrénées sont redoutés par tous les coureurs, il s'agit probablement du moment le plus décisif du tour, là où le maillot jaune se joue.

Parmi ces redoutables cols on retrouve notamment :

Le Col du Soulor : le tour passa pour la première fois par le Col du Soulor en 1912. Plus récemment, les coureurs ont emprunté le col lors de la 17e étape du Tour de France 2010. Au total, le col a été franchi 20 fois par le Tour.

Le col d'Aubisque : classé hors catégorie, l'ascension du Col d'Aubisque est l'une des plus redoutable du Tour. La course est passée 20 fois par le sommet du col depuis 1947. Ce même sommet fut aussi une fin d'étape en 2007 et 1985. Il s'agit de la deuxième montagne la plus visitée de l'histoire du Tour. De nombreux français se sont illustrés sur ce col comme par exemple Christope Moreau, Laurent Jalabert ou Cédric Vasseur.

Le Col d'Aspin : le Tour est passé 66 fois par le Col d'Aspin. La première fois en 1910 et la plus récente en 2010. Lors du tour de 1950, une altercation éclata entre les italiens Gino Bartali et Fiorenzo Magni. Les deux coureurs ont été exclus de la course.

Hautacam : grimpé par les coureurs du Tour pour la première fois en 1994, Hautacam vit notamment la confirmation de la victoire de Lance Armstrong lors du Tour en 2000 lors d'une étape marquée par une météo particulièrement exécrable. Le Tour est passé 4 fois par Hautacam.

Luz Ardiden : le Tour est passé 8 fois par Luz Ardiden. En 2003, Luz Ardiden accueilli l'une des étapes de légende du tour. Au début de la montée, Armonstrong tomba de son vélo, emmenant Iban Mayo avec lui. Remontant rapidement sur la selle de son vélo, il put finalement dépasser tous les coureurs en tête pour gagner l'étape avec une marge de 40 secondes.

Le Col du Tourmalet : il s'agit du col le plus franchi dans l'histoire du Tour : 77 fois. 3 étapes se sont terminées au sommet du col. Il est, depuis 1980, classé comme un col hors catégorie. La Vuelta, le Tour d'Espagne, a également traversé le col plusieurs fois. Au sommet du col on trouve un mémorial dédié à Jacques Goddet, directeur du Tour de France entre 1936 et 1987 ainsi qu'une statue d'Octave Lapize, premier coureur à traverser le col en 1910.
 

Association Oxygène


Une info pour les Montréjeaulais et les habitants du secteur, l'association Oxygéne de Montréjeau propose l'utilisation du système Tacx Génus. Ce système est utilisé par les équipes pro. de cyclisme. Il s'agit d'un système de roulage virtuel qui s'adresse aux amateurs de vélo. La salle Oxygène est ouverte de 5 h à 23 h et cela 7 jours sur 7. Le système conçu comme un jeu vidéo est un excellent simulateur. Il est un parfait outil de préparation dans cette période de grand froid. Vous pouvez simuler votre positionnement dans le peloton,... Il vous propose cinq types de préparation :
  • les classiques
  • les étapes de montagnes
  • entraînement avec des pros
  • cycles tours
  • cytytrips.

Félicitation à l'Association Oxygène pour cet investissement et bon entrainement à vous tous.

Contact : Association Oxygène
13, rue des Amants
31 210 Montréjeau
Tél.: 06 29 07 38 76
 

Le chronométrage Timto Timing

La société Outdoor ID S.A. a mis au point un système de chronométrage pour vous offrir la possibilité de jauger vos performances.

Il s'agit du système timtoo® timing.

Ce système  est une solution de chronométrage permanent, il est adaptable à plusieurs de sports de plein air tels que vélo de route, VTT, course à pied, ski, alpinisme,....

L'itinéraire est équipé de bornes (radio-GSM) qui détectent automatiquement et en permanence à une distance allant jusqu’à 50m, le passage des participants qui sont pourvus d’une puce.
Les temps seront transférés automatiquement et régulièrement sur la plate-forme web.
Le site web www.timtoo.com présente les parcours et affiche les résultats des chronos réalisés.
Le calcul des temps est donné avec une précision de 5 secondes.
Le sportif peut comparer son temps de parcours avec ses temps précédents ou avec le temps d’autres sportifs.
Cela lui permet de suivre l’évolution de ses performances.

Sur l'ensemble du massif pyrénéen deux départements sont équipés : les Hautes Pyrénées et les Pyrénées Atlantiques.
Le dispositif est disponible dans les offices de tourisme.

Vous pourrez réaliser les ascensions suivantes :

Col du Tourmalet par Luz Saint Sauveur Hautes Pyrénées
Hautacam Hautes Pyrénées
Montée de l'Ardiden Hautes Pyrénées
Bielle - Col de Marie Blanque Pyrénées Atlantiques
Laruns - Col d'Aubisque Pyrénées Atlantiques
Laruns - Col du Pourtalet Pyrénées Atlantiques
 

Idris : grimpeur et rédacteur



idris-velo-montagne-tourmalet Idris, c'est son prénom. Certains parmi vous, habitués à naviguer sur notre site, ont pu lire les articles qu'il écrit sur les cols qu'il parcourt en vélo.

Toute l'année, il effectue plusieurs ascensions par mois et c'est ce qui donne des descriptifs, des carnets de voyages même, qui font rêver. Vous pous lire notamment les articles sur le Col du Tourmalet, le Col d'Aspin, le Col du Soulor et plus récemment le Pla d'Adet.

Un vrai fondu de vélo et de montagne qui nous donne un super coup de main par ses expériences de randonnées cyclistes.

Si vous voulez en savoir plus et pêcher quelques infos pour vos futures excursion, rendez-vous sur son blog : http://velomontagne.over-blog.com.

De notre côté, Idris, l'équipe de balade-rando-pyrenees te remercie vraiment du temps que tu passes à l'écriture et de la qualité de tes articles. On espère que tu continueras longtemps à nous faire partager ta passion !!
 

Les 7 commandements du cyclotourisme


Cet après-midi, en écoutant la radio, je suis tombé sur une émission sur le cyclotourisme. J'ai ainsi pu entendre parler d'un monsieur nommé Paul de Vivie dit "Vélocio".

De retour devant mon écran, comme beaucoup d'internautes l'auraient fait, je suis allé voir chez mon ami Wikipedia.

Vélocio (1853-1930) est considéré comme le papa de cette discipline qu'est le cyclotourisme. C'est même lui qui lui a donné ce nom.

Outre le caractère visionnaire de l'homme, il a énoncé les commandements du cyclotourisme, règles de prudence et de bons sens que je vous engage à suivre pour que vos aventures soient toujours plus agréables :

  1. Haltes rares et courtes, afin de ne pas laisser tomber la pression.
  2. Repas légers et fréquents : manger avant d'avoir faim, boire avant d'avoir soif.
  3. Ne jamais aller jusqu'à la fatigue anormale qui se traduit par le manque d'appétit et de sommeil.
  4. Se couvrir avant d'avoir froid, se découvrir avant d'avoir chaud et ne pas craindre d'exposer l'épiderme au soleil, à l'air, à l'eau.
  5. Rayer de l'alimentation, au moins en cours de route, le vin, la viande et le tabac.
  6. Ne jamais forcer, rester en dedans de ses moyens, surtout pendant les premières heures où l'on est tenté de se dépenser trop parce qu'on se sent plein de forces.
  7. Ne jamais pédaler par amour-propre.
Pour les amateurs d'histoire ou de culture générale, n'hésitez pas à consulter l'article sur Paul de Vivie dit "Vélocio" directement sur wikipedia.org.

Maintenant que vous savez, roulez bien !



 

Les Pyrénées à Vélo : Retour sur expérience

Salut à tous

Tout d’abord, merci à BenBen et à Thierry de Balades rando, d’avoir relaté les quelques jours de la traversée. J’aurais aimé donner plus de nouvelles, mais l’accès internet n’était pas facile. Alors, à moi de vous raconter comment s’est déroulé ce périple dans les grandes lignes.

Les bivouacs

Lorsque l’on part pour un voyage à vélo, on vit sans contrainte, en parfaite harmonie avec la nature. On profite de tout, on a tous les sens en éveil, à chaque instant. On profite de chaque moment comme si c’était le dernier. Dans mon programme, étaient prévus des arrêts aux endroits les plus sauvages, loin de la civilisation, pour couper avec la routine qui quelques fois nous use ! On perd le sens des vraies valeurs. On oublie que l’on a besoin de pas grand chose pour être heureux. Et je voulais retrouver tout cela.

J’ai passé la première nuit sous un abri de stade. Il y avait du vent, un peu de pluie. La gouttière qui déversait ses litres d’eau tombée à deux doigts de mon sac de couchage, m’a un peu empêché de dormir mais c’était tellement bon de dormir à cet endroit.

Malheureusement ou heureusement, la météo m’a contraint à trouver à chaque étape, un camping pour m’abriter un peu des intempéries. Un camping fonctionne par emplacement où l’on est sensé monter sa tente. Mais la gentillesse et la compréhension des propriétaires des campings m’a permis de prendre quelques libertés et de m’installer un peu où je le souhaitais.

La salle TV du camping de Quillan, la tente où est entreposé le matériel d’animation du camping de Foix, l’appenti du camping d’Argeles-Gazost, la salle avec séchoir intégré pour faire sécher mes affaires du camping de Larruns.

J’avais choisi de profiter de mon voyage pour rendre visite à des amis que je vois trop peu. Nuit passée dans la bergerie de mon amie vachère à la Hourquette d’Ancizan. Soirée magique : feu dans le poêle, vrai repas à base de fruits et légumes, tournée nocturne pour surveiller le bétail.


L’itinéraire

Lorsque j’ai préparé ma traversée, j’avais choisi la route la plus au sud possible, au plus prés de la frontière avec l’Espagne. Cela sous-entendait le passage d’un nombre incroyable de cols. Mais la météo, toujours elle, m’a fait changer mes plans. J’ai dû m’adapter et je ne le regrette pas du tout ; bien au contraire. J’ai fait la moitié de ce qui était prévu. J’ai pu découvrir des endroits magiques et splendides par : Roquefixade (09), le Pays Cathare et ses châteaux, les grottes du Mas d’Azil (09), la rivière souterraine de Labouiche (09) et les petites routes sans voiture sous les arbres.

Si je n’ai fait que la moitié de ce qui était prévu, il y a des endroits par lesquels je voulais absolument passer. Dans l’ordre : col de Jau, col du Portet d’Aspet, col de Peyresourde, la Hourquette d’Ancizan, col du Tourmalet, col du Soulor, col d’Aubisque, col de Marie Blanque, col d’Osquich.

Et les cols qui n’étaient pas prévus au programme et qui méritaient vraiment le détour, quoique !! Col de Gamia au Pays Basque, au dessus de St Jean Pied de Port.



Les rencontres

Les rencontres font partie intégrante du voyage à vélo. Rencontre en bas du col d’Osquich d’un hollandais qui reliait la Hollande au nord de l’Afrique. Il montait si vite que je ne l’ai plus revu de toute la montée. Rencontre en haut du col de Peyresourde d’un couple de hollandais qui faisait la traversée Gijon (Espagne) – Gênes (Italie). Rencontre à St Girons d’un couple de quinquagénaire hollandais qui voyageait depuis la Hollande et qui faisait le tour de France. Et tous mes amis que je vois trop peu. C’était prévu et ça fait un bien fou.


La météo

Ne vous méprenez pas, au vu des photos, on a l’impression que le temps était clément. Malheureusement, le mauvais temps ne m’a pas épargné. Quand il faisait froid (10°C au col de Jau, 4°C au col du Tourmalet, 8°C au col du Soulor et d’Aubisque), je ne sortais que très rarement l’appareil photo. Mais au final, je n’ai pas trop à me plaindre.

Au total, c’est 700 km sur 9 jours de vélo, 11115 m de dénivelé positif, autant de négatif. Mais le voyage à vélo, c’est surtout et avant tout, les rencontres, se retrouver avec soi-même, dans l’effort ou le soir au camping, retrouver sa sérénité, apprendre ou réapprendre ce que humilité signifie, relativiser sur sa condition dans ce monde, sur notre confort quotidien. Le voyage à vélo, c’est tout ça. Et tellement d’autres choses qui sont tellement évidentes que j’en oublie mais elles s’imposent à moi de façon tellement naturelle. Si vous n’avez pas franchi le cap de partir voyager à vélo, je vous invite vivement à le faire. Rien n’est difficile, il suffit juste de se motiver et de partir dans l’idée que l’on va passer un moment magique et le voyage fera le reste.
 
Plus d'articles...

Actualités


  • Un article de "La Dépêche du Midi" rappelle à notre bon souvenir que débute demain : Les Artisanales du Comminges à Saint Gaudens.

    "Les Artisanales du Comminges, organisées par la chambre de métiers et de l'artisanat de la Haute-Garonne avec le soutien des collectivités locales et de divers partenaires auront lieu sur trois sites, Saint-Gaudens, (27 juin au 19 juillet), Aspet, (1er au 22 août), Luchon, (5 au 27 septembre). Demain à la halle aux grains, 36 artisans d'art seront sur le site, créateur de chapeaux, de sac à main, ébéniste, souffleur de verre au chalumeau, créateur de violette de Toulouse, peintre, potier, et bien d'autres. À noter que l'association des faïenciers de Martres Tolosane sera présente cette année avec l'ensemble de ses artisans. L'Inauguration se fera demain à 18 heures par

    André Maury, 1er vice président de la chambre de métiers et de l'artisanat et Jean-Raymond Lepinay, maire de Saint-Gaudens, en présence des élus locaux et professionnels et des artisans exposants. En 2011, 7 574 visiteurs sont venus découvrir l'artisanat de Midi-Pyrénées."

    Consultable grâce au lien suivant : Saint-Gaudens. Les artisanales Dès demain
    Lire la suite...


  • Pour tous les renseignements, vous pouvez contacter Mme Marianne Sagot, accompagnatrice en montagne au 06 95 13 66 48 ou par le biais de son courriel :
    Lire la suite...

  • Hier, malgré le froid, des enseignants et des parents d'élèves ont organisés un rassemblement devant le lycée Bernat Etxepare à Bayonne. La revendication de cette manifestation pacifique est obtenir des instances académiques, le droit pour les élèves de pouvoir choisir de passer l'épreuve du Baccalauréat en langue basque. En effet la fédération Seaska qui regroupe les écoles en langue basque, s'interroge sur le bien fondé de la demande du rectorat. Pourquoi la centaine d'élèves qui suivent un enseignement général en langue basque doivent il présenter les épreuves en français ?
    Lire la suite...
  • Un bout du Monde (16.01.12)


    Je viens de découvrir un endroit atypique, vous entrez dans ce café culturel et le monde s'offre à vous. Il vous propose des par les biais de leur carte, un découverte des senteurs du monde. On vous propose de l'"Inca Kola" pour un voyage chez les Incas et on vous permet ainsi de vous échapper de la planète Coca. Oui, un lieu magique, un café culturel dans une ambiance de partage il existe, vous le trouverez :
    18, rue des Pénitents Gris à Toulouse (05 82 742 262).

    Il est possible de déguster des bières de l'Europe de l'Est, d'Argentine, des Caraïbes, d'Inde, ...

    Un Tour du Monde du goût.

    Normal, leur idée est née en Patagonie. En effet, lors d'un voyage découverte, Olivier Groh et Alexandre, se sont trouvé bloqués en attendant un bus. "Du coup on s'est posé dans un café et on s'est dit que ce serait sympa de monter le même en France".
    Peu à peu l'idée c'est concrétiser pour donner naissance à ce café Culturel " Au bout du Monde", si vous passez par Toulouse, allez déguster la saveur du Monde à travers une boisson, dépaysement garantie.

    On peut se faire une idée rapide ou se tenir au courant des évolutions en parcourant leur blog : UnboutduMonde.fr

    Balade Rando Pyrénées vous souhaite longue vie et à bientôt.


    Lire la suite...
  • Nous vous proposons un article fort intéressant sur le Piment Espelette publié dans l'Express.

    Piment d'Espelette, devenu "le caviar pourpre" du Pays basque


    ESPELETTE (Pyrénées-Atlantiques) - La production du piment d'Espelette (Pyrénées-Atlantiques) explose grâce à la notoriété acquise à travers son Appellation d'origine contrôlée (AOC) qui fait vivre quelque 170 producteurs pour le plaisir d'épiceries fines et chefs étoilés.

    Un couple d'agriculteurs Panpi Olaizola (D) et Leire Ithurralde font leur récolte de piments d'Espelette, le 21 août 2012

    A la ferme Belazkabieta d'Espelette, nichée au pied du Mondarrain (749 m), le couple formé par Panpi Olaizola et Leire Iturralde s'apprête à récolter le fruit de 9.000 pieds de piment plantés au printemps sur 0,4 ha.

    "C'est un travail entièrement manuel, il faut revenir sans cesse à la tâche, le piment ne peut être ramassé que lorsqu'il est rouge à 100 %" explique Panpi Olaizola.

    La récolte est strictement réglementée, puisque l'Appelation d'origine contrôlée obtenue en mai 2000 et qui s'est enrichie en 2008 d'une "Appellation d'origine protégée", prévoit qu'elle doit être manuelle, exclure les "piments blessés, fendus ou nécrosés" et doit être terminée le 30 novembre.

    "Le piment mis en corde doit avoir un épiderme sans défaut. Il mesure entre sept et 14 centimètres. Une corde peut comprendre jusqu'à 100 piments," précise Leire Iturralde.

    La poudre de piment doit elle provenir exclusivement d'une même exploitation et ne contenir ni colorant, ni additif, ni conservateur.

    Le terroir AOC, blotti contre le piémont pyrénéen autour d'Espelette, s'étend sur dix communes du Labourd (une des sept provinces du Pays basque) et concerne seulement une centaine d'hectares, qui jouissent de températures douces en été, d'une pluviométrie unique en France à cette altitude et d'une brise naturelle créée par un relief tourmenté.

    Ici, on parle de "caviar pourpre" depuis que le piment a obtenu l'AOC, devenant la seule épice jouissant de titre en France.

    Grâce à cette appellation, la production a doublé en quatre ans, atteignant 156 tonnes. Le chiffre d'affaires généré par la filière en 2011 représente 9 millions d'euros, selon le Syndicat de l'AOP Piment d'Espelette, qui, en poudre, se vend à 48 EUR le kilo.

    Très apprécié des grands chefs

    Sur cette période le nombre de producteurs a augmenté de 60%.

    "L'effondrement de certains cours agricoles (porc, lait) a amené des producteurs à revenir au piment d'Espelette, permettant le maintien de certaines exploitations agricoles", explique à l'AFP la présidente du syndicat Martine Damois.

    "L'AOP bénéficie désormais d'une demande du marché national en épiceries fines, magasins de terroir, restaurateurs et grossistes", précise-t-elle.

    Le piment connaît aussi une demande à l'export de pays européens, du Canada et des Etats-Unis, et de pays asiatiques (Japon).

    La filière, précise-t-elle, génère 650 emplois directs.

    Le couple de jeunes trentenaires de la ferme Belazkabieta a lui repris l'exploitation familiale construite en 1834.

    Y cultivait-on déjà le piment d'Espelette, venu du Mexique et débarqué dans les mallettes de Christophe Colomb avant d'arriver en France, aux alentours du XVIe siècle '

    "Les femmes le cultivaient pour un usage domestique", raconte Panpi Olaizola: "Mes parents l'ont commercialisé à partir de 1972".

    Le piment d'Espelette est aussi très apprécié des grands chefs.

    Le chef trois étoiles Michel Guérard de l'hôtel-restaurant "Les Prés d'Eugénie" à Eugénie-les-Bains (Landes), est l'un de ses ambassadeurs.

    Il "est voluptueux composé d'arômes complexes, à la fois délicat et sensuel. Il dégage un parfum de fruits d'été séchés. Tout peut se marier avec lui à condition qu'on l'utilise avec parcimonie", témoigne-t-il.

    Le succès a cependant son revers: les terres, dont les prix flambent, pourraient intéresser de grands groupes agroalimentaires qui chercheraient ainsi à monopoliser un marché rémunérateur.

    "Nous devons garder la main", dit Mme Damois: "Nous tentons actuellement de durcir le cahier des charges pour que la filière reste protégée".  l'auteur et contribue également à la rédaction d'articles dans plusieurs magazines de rando
    Lire la suite...
  • Nuits des étoiles (09.08.12)

    Les 10, 11 et 12 août, l'observation du ciel sera à l'honneur à l'occasion des Nuits des étoiles qui se dérouleront un peu partout en France.
    Lire la suite...

  • Nous vous rappelons l'ouverture aujourd'hui du Salon Tissu et Lin à Pexiora, il s'agit de la troisième édition, de nombreuses exposants sont présents. Il est ouvert jusqu'à dimanche 26 février 2012 de 10 h à 18 h.
    Lire la suite...
  • Zebda 2012 (17.01.12)

    Le groupe toulousain, ZEBDA, revient sur le devant de la scène en cette année élection présidentielle.
    Un nouveau CD sort le 23 janvier 2012 chez Barclay.
    Le titre de ce CD est évocateur de leur esprit revendicatif, il se nommera "Second Tour" à chacun son interprétation.
    Le groupe est constitué maintenant de 5 membres au lieu de 7 à l'origine.
    France 3  Aquitaine et Midi Pyrénées proposera en programmation une émission de 26 minutes le vendrdei 3 février à 23 h 30.

    Site Web : www.zebda.artiste.universalmusic.fr

    Lire la suite...

  • Pour information, nous relayons une information interessante paru dans la Dépêche du midi du 17/05/2013.

    Le centre social propose aux amateurs de randonnées pédestres, des destinations touristiques à découvrir à pieds, chaque semaine les lundis dans la région. Pour les sportifs empêchés de participer aux randonnées, chaque semaine également des «parcours de santé» de 8 km (2h de marche), tracés dans le ramier de Beauzelle-Blagnac, ou aux alentours très proches. Nous vous donnons dates et destinations des randonnées et des parcours de santé. les randonneurs s'acheminent vers les points de départ en covoiturage au départ du centre social (19 rue des Rossignols). le 10 mai : Saint Denis à côté de Saissac, 18 km, facile avec Claude, rendez-vous à 7 h 30 au centre. Le 17 mai : Montréal (Aude) 17 km, facile avec Jacky, rendez-vous à 7 h 30.Le 24 mai : Fabas 31 (entre l'Isle-en-Dodon et le Fousseret), rendez-vous à 7 h 30.Le 31 mai : circuit des maquisards (Aude) 18km, difficile, avec Jean-Louis, rendez-vous à 7 h 15. Le 7 juin : Cologne (Gers), 16 km avec Pierre, rendez-vous à 7 h 30. Le 14 juin : St Julien du Puy (Lautrec), 17 km, facile avec Maguy, rendez-vous à 7 h 30.Le 21 juin, Naples 31 (Le Burgaud), 17 km, facile, avec Jacky, rendez-vous à 7 h 30. Le 28 juin : Puycelsi (81), 18 km, facile, avec Simone, rendez-vous à 7 h 30.Les randonneurs doivent appeler la veille des randonnées, les interlocuteurs concernés, n° de téléphone disponibles à l'accueil du centre social, 0562 21 40 50. Les parcours santé sont programmés les 6,13, et 27 mai et les 3,10,17, et 24 juin, rendez-vous au centre à 13 h 30, dès l'arrivée des grosses chaleurs ces parcours passeront le matin. La prochaine réunion de préparation des escapades futures, est prévue le jeudi 13 juin à 16 heures, au centre social.
    Lire la suite...

  • L'Institution Adour, établissement public interdépartemental,  a convié certaines personnes à la projection d'un film sur la vie autour du Lac de Gabas. Cette actualité nous permet de présenter rapidement cette institution. Elle a pour finalité, depuis sa création en 1978, d'aménager et de gérer le bassin hydrographique de l'Adour de sa source à l'embouchure. Elle fut créée sous l'impulsion des quatre conseils généraux (Hautes Pyrénées, Gers, Landes, Pyrénées Atlantiques). Ce rôle sous-entend une gestion quantitative et qualitative de la ressource : Eau. De plus, elle se doit intervenir dans la gestion et la protection des milieux et des espèces aquatiques, l'Adour étant intégré au  réseau Natura 2000. L'institution Adour est partie prenante dans "la Maison de l'Eau " de Jû-Belloc. Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur cet établissement, nous vous proposons de visiter leur site dédié : Institution Adour. Pour le lac de Gabas vous trouverez des informations dans la rubrique randonnée pêche ou pédestre.
    Lire la suite...

Le saviez-vous ?

  • Bornage des Pyrénées (12.04.13)
    La chaine des Pyrénées comprend 602 bornes. La borne n°1  débute sur la rive droite de la Bidassoa, pour se terminer au pied du Cap de Creus avec la borne 602. Ce bornage remonte à l'époque du Traité des Pyrénées.
  • La Pala Carta (23.10.12)
    La Pala Corta 

     
    Spécialité virile entre toutes ,elle est pratiquée avec un instrument ou "massue".
    Il faut aux joueurs des qualités physique et d’adresse exceptionnelles pour retourner pendant les échanges une pelote dure et vive. Régulièrement les palistes recouvrent de ruban adhésif (Chatterton) et résine de pin le manche de leur instrument pour favoriser son adhérence
    .


    La région Midi‐Pyrénées est une région phare pour la Pala corta puisque elle possède en son rang les champions du monde en titre 2010 à Pau et les vainqueurs de la coupe du monde 2011 à Brive, Sylvain Brefel et Thomas Iris.

    Mais les grands espoirs au niveau mondial dans cette discipline, ce sont les jeunes Tarbais Pierre Adrien Casteran et Benoit Chatellier.
    Déjà 4 fois Champions de France junior et 1/2 finalistes des derniers championnats de France seniors, ils espèrent décrocher leur premier titre de Champion du Monde le 28 Octobre , chez eux , à Tarbes.
  • Gaye Mariolle (04.07.12)
    Le soldat de Napoléon, Gaye Mariolle, natif de la vallée est à l'origine de la célèbre Fête des Mariolles de Campan dans les Hautes Pyrénées. 
  • Gaztelu Zahar (04.07.12)

    Fondé en 1945, Gaztelu Zahar est le premier chœur d'hommes du Pays basque français. Aujourd'hui, ses membres perpétuent la tradition transmise par leurs aînés du chant choral basque populaire.
  • Hourquette d'Ossoue (23.04.12)

    Le plus haut col sur la route du GR10 est celui de la Hourquette d’Ossoue dans le massif du Vignemale à 2 734 m d’altitude.