Horizon Livre - Librairie Balade, Randos et Pyrénées
Accueil Accueil Agenda Vide-greniers
  Imprimer Email help
Flat View
Vue par année
Vue par mois
Vue par mois
Weekly View
Vue par semaine
Daily View
Aujourd'hui
Search
Rechercher

Vue par semaine

20 Novembre 2017 - 26 Novembre 2017
  Semaine précédente 20 Novembre 2017 - 26 Novembre 2017 Semaine suivante

Actualités


  • Le centre météorologique de Tarbes vient d'aménager dans de nouveaux locaux. Ce déplacement sous-entend que Tarbes fait partie des trois services de Météo France conserve sur Midi Pyrénées (5 fermeture prévue).  La direction prévoit  même une évolution de la masse salariale. Le centre météorologique de Tarbes étend ses compétences. Il devient le pôle maintenance du sud de l’Aquitaine et du Sud-Ouest de Midi Pyrénées pour les équipements lourds de Météo France. Il deviendra en juin le centre de prévision météorologique principal sur un secteur recouvrant l'Ariège au Pyrénées Atlantiques. De plus par sa situation géographique, il centralise et devient l'unité responsable de la nivométéorologie sur les Pyrénées. Le ciel s’assombrit en apprenant que Météo France prévoit une fermeture de la moitié de ses centres. La qualité d'un service doit-elle toujours être sacrifie sur l'autel de la rentabilité ?
    Lire la suite...
  • Nous vous proposons un article fort intéressant sur le Piment Espelette publié dans l'Express.

    Piment d'Espelette, devenu "le caviar pourpre" du Pays basque


    ESPELETTE (Pyrénées-Atlantiques) - La production du piment d'Espelette (Pyrénées-Atlantiques) explose grâce à la notoriété acquise à travers son Appellation d'origine contrôlée (AOC) qui fait vivre quelque 170 producteurs pour le plaisir d'épiceries fines et chefs étoilés.

    Un couple d'agriculteurs Panpi Olaizola (D) et Leire Ithurralde font leur récolte de piments d'Espelette, le 21 août 2012

    A la ferme Belazkabieta d'Espelette, nichée au pied du Mondarrain (749 m), le couple formé par Panpi Olaizola et Leire Iturralde s'apprête à récolter le fruit de 9.000 pieds de piment plantés au printemps sur 0,4 ha.

    "C'est un travail entièrement manuel, il faut revenir sans cesse à la tâche, le piment ne peut être ramassé que lorsqu'il est rouge à 100 %" explique Panpi Olaizola.

    La récolte est strictement réglementée, puisque l'Appelation d'origine contrôlée obtenue en mai 2000 et qui s'est enrichie en 2008 d'une "Appellation d'origine protégée", prévoit qu'elle doit être manuelle, exclure les "piments blessés, fendus ou nécrosés" et doit être terminée le 30 novembre.

    "Le piment mis en corde doit avoir un épiderme sans défaut. Il mesure entre sept et 14 centimètres. Une corde peut comprendre jusqu'à 100 piments," précise Leire Iturralde.

    La poudre de piment doit elle provenir exclusivement d'une même exploitation et ne contenir ni colorant, ni additif, ni conservateur.

    Le terroir AOC, blotti contre le piémont pyrénéen autour d'Espelette, s'étend sur dix communes du Labourd (une des sept provinces du Pays basque) et concerne seulement une centaine d'hectares, qui jouissent de températures douces en été, d'une pluviométrie unique en France à cette altitude et d'une brise naturelle créée par un relief tourmenté.

    Ici, on parle de "caviar pourpre" depuis que le piment a obtenu l'AOC, devenant la seule épice jouissant de titre en France.

    Grâce à cette appellation, la production a doublé en quatre ans, atteignant 156 tonnes. Le chiffre d'affaires généré par la filière en 2011 représente 9 millions d'euros, selon le Syndicat de l'AOP Piment d'Espelette, qui, en poudre, se vend à 48 EUR le kilo.

    Très apprécié des grands chefs

    Sur cette période le nombre de producteurs a augmenté de 60%.

    "L'effondrement de certains cours agricoles (porc, lait) a amené des producteurs à revenir au piment d'Espelette, permettant le maintien de certaines exploitations agricoles", explique à l'AFP la présidente du syndicat Martine Damois.

    "L'AOP bénéficie désormais d'une demande du marché national en épiceries fines, magasins de terroir, restaurateurs et grossistes", précise-t-elle.

    Le piment connaît aussi une demande à l'export de pays européens, du Canada et des Etats-Unis, et de pays asiatiques (Japon).

    La filière, précise-t-elle, génère 650 emplois directs.

    Le couple de jeunes trentenaires de la ferme Belazkabieta a lui repris l'exploitation familiale construite en 1834.

    Y cultivait-on déjà le piment d'Espelette, venu du Mexique et débarqué dans les mallettes de Christophe Colomb avant d'arriver en France, aux alentours du XVIe siècle '

    "Les femmes le cultivaient pour un usage domestique", raconte Panpi Olaizola: "Mes parents l'ont commercialisé à partir de 1972".

    Le piment d'Espelette est aussi très apprécié des grands chefs.

    Le chef trois étoiles Michel Guérard de l'hôtel-restaurant "Les Prés d'Eugénie" à Eugénie-les-Bains (Landes), est l'un de ses ambassadeurs.

    Il "est voluptueux composé d'arômes complexes, à la fois délicat et sensuel. Il dégage un parfum de fruits d'été séchés. Tout peut se marier avec lui à condition qu'on l'utilise avec parcimonie", témoigne-t-il.

    Le succès a cependant son revers: les terres, dont les prix flambent, pourraient intéresser de grands groupes agroalimentaires qui chercheraient ainsi à monopoliser un marché rémunérateur.

    "Nous devons garder la main", dit Mme Damois: "Nous tentons actuellement de durcir le cahier des charges pour que la filière reste protégée".  l'auteur et contribue également à la rédaction d'articles dans plusieurs magazines de rando
    Lire la suite...
  • Salon Bois Avenir (29.02.12)

    Le premier Salon Bois Avenir ouvre ces portes aujourd'hui jusqu'à vendredi 3 mars 2012  au Hall 4 du Parc des Exposition de Toulouse. Le site www.avenir-bois-toulouse.com vous répond à de nombreuses questions. Pendant la durée du salon, il est possible d'assister à de nombreuses conférences ou des ateliers. La finalité de ce salon est de présenter l'ensemble de la filière forêt et bois qui regroupe plus de 4000 entreprises sur Midi Pyrénées. Vous pouvez vous y rendre pour découvrir l'étendue de ce secteur en pleine évolution. Cette filière qui connaît des difficultés d'ordre structurel. Le bois d'œuvre est pour une grande partie extérieur à la région et les entreprises souffrent d'un manque de moyen, technique et financier. Le bois est un matériel d'avenir.
    Lire la suite...

  • Tout le monde connaît en montagne les traits rouges et blancs qui jalonnent les sentiers. Tous les GR (itinéraires de Grande Randonnée) de France et de Navarre sont balisés de la même couleur. Tous les ans, un peu avant l'été, des bénévoles de la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP) s'arment de pinceaux et de pots de peinture pour remettre en état chaque balise. André Berrotte est de ceux-là. Voilà des années qu'il s'investit et se rend utile pour le plus grand nombre. Des années aussi qu'il est président du Comité départemental de la randonnée pédestre. D'avril à juin, lui et les soixante et onze autres baliseurs des Pyrénées-Atlantiques s'en vont sur les chemins pour repeindre le balisage défectueux. "Ce qui compte, c'est rendre la marche du randonneur la plus fluide possible, et qu'il n'hésite pas à une bifurcation. Le balisage doit être logique, évident et visible en cas de brouillard." Une caisse à outils bien fournie Les Pyrénées-Atlantiques comptent 850 km de GR et près de 1 500 km de sentiers en tout genre. "On ne balise que les GR, poursuit André Berrotte, toujours en binôme. Patrice Bellanger, le responsable de la commission sentier, distribue à chacun un tronçon bien particulier qu'il s'agit d'arpenter dans les deux sens, pour vérifier le balisage." Le tronçon d'André part de Logibar jusqu'à Sainte-Engrâce, en Soule. Mais il lui arrive de prêter main-forte ailleurs, lorsqu'il faut repasser derrière certains, corriger des erreurs ou des négligences. Sa petite caisse à outils bien fournie, André est pointilleux et apprécie le travail bien fait. À l'aide d'une brosse et d'une pince pour couper les ronces, il nettoie avant de peindre sur des supports toujours bien visibles. Mais l'aménagement et l'entretien des sentiers restent l'apanage des entreprises d'insertion subventionnées par le conseil général. "Je randonne utile" Parler de lui, il n'aime pas ça. Il oriente autant que possible la conversation vers la FFRP, ce pour quoi il s'est engagé. "Je faisais partie du comité départemental du tourisme équestre qui s'est rapproché du comité de la FFRP. Ils cherchaient un président, et sans trop savoir comment, on m'a confié le poste. C'est comme cela que je me suis retrouvé baliseur. Du coup, je randonne utile. Et j'aime ça." André présente les topos édités par la FFRP, parle aussi des chemins de randonnée transfrontaliers (GRT). Un projet qui se met en place avec les communes concernées. Une vingtaine est déjà homologuée dans le département. Et pour parer au cafouillage engendré par les nombreux croisements entre les différents chemins, le conseil général réfléchit à une signalétique qui représentera bien chaque sentier à chaque intersection. La Fédération française de la randonnée pédestre a aussi créé une fiche d'appréciation destinée aux randonneurs, Eco Veille. Elle permet de faire un état des lieux, de dire ce qui ne va pas. Elle se télécharge sur le site de la Fédération et est distribuée dans les gîtes et les offices du tourisme. André Berrotte est intarissable. Sa Fédération, c'est aujourd'hui son moteur pour arpenter les chemins. À cheval ou à pied, l'homme se plaît à vadrouiller. À 75 ans, il n'est pas prêt de poser son sac. ZOOM Une vie sur les chemins André Berrotte a l'âme nomade. Il a passé sa vie sur les routes et les chemins, d'abord comme guide équestre aux quatre coins de la planète, ou presque. Tunisie, Algérie, Maroc, États-Unis… Et sur la traversée des Pyrénées qu'il connaît, du coup, mieux que personne. En 1991, il devient coordinateur de la structure environnement pour l'association Béarn Solidarité qui s'occupe de l'insertion des publics en difficulté. Leur travail consiste à nettoyer les sentiers, ainsi que les rivières et les berges. Aujourd'hui à la retraite, il poursuit son bénévolat à la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP), se plaît à arpenter les sentiers, seul ou à deux, à oeuvrer pour la communauté, se rendre utile. C'est ce qui le motive. André Berrotte ne monte plus à cheval, mais il est toujours en chemin. Qu'importe le moyen de transport en fin de compte. Par Laurence Fleury article paru dans le République des Pyrénées du 18/08/2012
    Lire la suite...

  • Malgré les difficultés financières que rencontrent les organisateurs du Tour du Pays Basque, l'édition 2012 aura lieu. L'épreuve se déroulera du 2 au 7 avril 2012. Il débutera de Guenes pour finir son parcours à Onati.
    Pour la petite histoire, les amoureux de cette épreuve (51 années d'existence) peuvent remercier la banque Sabadell Guipuzcoano.
    L'établissement bancaire est le nouveau partenaire du Tour du Pays Basque jusqu'en 2013. Nous espérons que le gouvernement de la communauté autonome basque rêvera sa copie pour permettre la pérennisation de ce fleuron de la saison cycliste du Pays Basque.
    Lire la suite...
  • Depuis 1985, pour quelques représentations au cours du mois de juillet, l' Art  s'offre un théâtre à sa démesure.
    Lire la suite...
  • Sortie VTT à Noé (04.07.12)

    Dimanche 8 juillet, le club VTT organise une randonnée VTT ouverte à tous (licenciés et non licenciés) sur les berges de la Garonne.

    Dès 7 h 30 : Inscriptions et départ de la salle polyvalente, route de Toulouse (le petit-déjeuner est compris dans l'inscription). Trois circuits sont proposés : 25-35 55 km, via les coteaux de Montaut, Mauzac, Estantens, Eaunes pour le plus long circuit, puis retour sur Beaumont, Mauzac, Montaut, Noé selon la longueur du circuit choisi. Trois points de ravitaillement sont prévus. Le port du casque est vivement conseillé. Les organisateurs assureront un service de sécurité sur les trois circuits. Cette année le club VTT propose pour les plus téméraires une option trail offrant la possibilité de courir sur 5 km aller-retour dans les coteaux de Montaut (vue imprenable assurée).

    À 9 heures et 10 heures, départ des circuits familles d'environ 15 km dans les lacs de Lavernose et du Fauga, accompagné de responsables du club.

    Les moins de 16 ans doivent présenter une autorisation parentale. Les participants doivent respecter les règles du code de la route et les règles de courtoisie

    Contacts : Claude : 06 08 33 40 37 ou Nicolas : 06 81 30 34 17.
    Lire la suite...


  • Pour tous les renseignements, vous pouvez contacter Mme Marianne Sagot, accompagnatrice en montagne au 06 95 13 66 48 ou par le biais de son courriel :
    Lire la suite...

  • Le C.S.A. vient d'octroyer un canal pour la diffusion de la télévision catalane. En effet, depuis 1985 la télévision publique catalane est accessible dans les Pyrénées Orientales via des relais. Depuis le 8 février 2012, un canal TNT fixe a été attribué. La Télévision de Catalogne pourra diffuser légalement les quatre chaines principales de son réseau public. Cette avancé est le fruit d’une collaboration franco-espagnole conformé par un accord. Ce bouquet est accessible via le canal 37. Bon visionnage à nos amis catalans.
    Lire la suite...
  • Monsieur Jean Rousseau, président d'Emmaüs, à préciser hier lors de sa visite à Tarnos, que l'assemblée Générale Mondiale des compagnons d'Emmaüs aura lieu du 19 au 24 mars 2012. Le lieu est encore à déterminer. Le théme a été dévoilé : "Comment faire ensemble en pleine crise " tout un programme.
    Lire la suite...

Le saviez-vous ?

  • Bornage des Pyrénées (12.04.13)
    La chaine des Pyrénées comprend 602 bornes. La borne n°1  débute sur la rive droite de la Bidassoa, pour se terminer au pied du Cap de Creus avec la borne 602. Ce bornage remonte à l'époque du Traité des Pyrénées.
  • La Pala Carta (23.10.12)
    La Pala Corta 

     
    Spécialité virile entre toutes ,elle est pratiquée avec un instrument ou "massue".
    Il faut aux joueurs des qualités physique et d’adresse exceptionnelles pour retourner pendant les échanges une pelote dure et vive. Régulièrement les palistes recouvrent de ruban adhésif (Chatterton) et résine de pin le manche de leur instrument pour favoriser son adhérence
    .


    La région Midi‐Pyrénées est une région phare pour la Pala corta puisque elle possède en son rang les champions du monde en titre 2010 à Pau et les vainqueurs de la coupe du monde 2011 à Brive, Sylvain Brefel et Thomas Iris.

    Mais les grands espoirs au niveau mondial dans cette discipline, ce sont les jeunes Tarbais Pierre Adrien Casteran et Benoit Chatellier.
    Déjà 4 fois Champions de France junior et 1/2 finalistes des derniers championnats de France seniors, ils espèrent décrocher leur premier titre de Champion du Monde le 28 Octobre , chez eux , à Tarbes.
  • Gaye Mariolle (04.07.12)
    Le soldat de Napoléon, Gaye Mariolle, natif de la vallée est à l'origine de la célèbre Fête des Mariolles de Campan dans les Hautes Pyrénées. 
  • Gaztelu Zahar (04.07.12)

    Fondé en 1945, Gaztelu Zahar est le premier chœur d'hommes du Pays basque français. Aujourd'hui, ses membres perpétuent la tradition transmise par leurs aînés du chant choral basque populaire.
  • Hourquette d'Ossoue (23.04.12)

    Le plus haut col sur la route du GR10 est celui de la Hourquette d’Ossoue dans le massif du Vignemale à 2 734 m d’altitude.